Sur un coup d’dés

Dé-tricotez nous l’code du travail
Délocalisez à foison
Déchirez le contrat social
Décomplexez l’évasion

Dévastez l’environnement
Déboussolez l’écologie
Dégénérons tous joyeusement
Dégoulinez encore de démagogie

Décapitez l’éducation
Débilisez bien nos marmots
Démocratisez l’aliénation
Désinformez, détournez les mots

Il faut r’découper not’ gâteau
Défaire nos jours féries
Déjouer notre loto
Décacheter notr’ courrier
Dérouter l’autoroute faire
Dérailler not’train
Détourner nos avions, faire
Déchanter nos refrains

Nous qui ne pouvons pas nous y faire
Nous qui marchons debout
Il nous faudra tout refaire…
En attendant…
Aouh Aouh !

Déprimez davantage la science
Décharnez encore la culture
Dégrisez bien l’intermittence
Dévoyez jusqu’au bout l’agriculture

Déshéritez jusqu’à l’histoire
Déchoyez nos rêves sociaux
Desséchez entièrement nos espoirs
Décernez des palmes aux godillots

Et dérapez en silence
Derrière vos cordons de flics
Décuplez 1000 fois la violence
Dépravez encore la politique

‘Faut aussi débrancher l’courant
Et détendre un peu l’gaz
Décrocher l’téléphone
Dé-libérer la toile
Délirer nos journaux
Désaffecter nos vieux
D’éteindre les hauts-fourneaux
(nous faire)
Détourner les yeux

Refrain


Déverrouillez l’arrogance
Désinhibez le mépris
Déclarez l’incompétence
Désormais enfant de la patrie

Désincarnez le panache
Et désincarnez l’honneur
Décontenancez la classe
Désespérez le bonheur

Dénaturez la nature
Déshumanisez l’humain
Déracinez nos cultures
Désenchantez nos lend’mains

Refrain

Refrain 
Aouh !!
Aouh !! Aouh !!